affacturage : Qu’est-ce c’est ? Comment ça fonctionne ?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les délais de paiement plafonnés ne peuvent pas toujours être respectés par les professionnels. Depuis quelques années, une technique de financement dite affacturage s’est énormément répandue, notamment dans les entreprises.

Pour rappel, elles étaient plus de 50 000 à y avoir recours en 2019 afin de répondre aux besoins de trésorerie. Pratiquée depuis les années 60, cette solution demeure toutefois méconnue pour certains.

Qu’est ce que l’affacturage ?

L’affacturage correspond à une solution de financement permettant aux entreprises de céder leurs créances commerciales à un organisme spécialisé dit factor. Ce dernier a pour principal rôle d’anticiper le paiement des créances avant la date de l’échéance.

Dans certains cas, il doit se charger des réclamations des montants auprès des débiteurs lorsqu’ils arrivent à échéance, ce qui soulage les entreprises de procédures contentieuses parfois lourdes et pénibles et pour lesquelles nombre d’entre elles n’ont pas les compétences en interne.

L’intérêt principal de l’affacturage est de bénéficier de financements qui viennent compléter les crédits bancaires classiques. Il en existe plusieurs types : le classique, le confidentiel et l’inversé.

Pour résumer, cet organisme regroupe 3 services différents : le financement des factures cédées, la garantie contre les impayés et la gestion du poste clients. 3 services qui sont rarement le cœur de métier d’une entreprise !

Fonctionnement de l’affacturage

L’affacturage s’adresse à toutes les entreprises à la recherche d’une solution souple pour garantir le financement de leur trésorerie. La taille de l’entreprise, son secteur d’activité et sa forme juridique ne comptent pas.

Cette technique de financement est donc adaptée aux sociétés en forte croissance et celles en période d’investissement. Cela dit, même les commerçants, les artisans, les associations, les micro-entrepreneurs et les professions libérales peuvent y avoir recours.

Bien que le factor s’intéresse en premier lieu à la solidité du débiteur, la société en question doit présenter un capital raisonnable ou au moins disposer d’un apport en compte courant bloqué qui soit attesté par un expert-comptable.

Après avoir effectué un audit et évalué vos risques, la société d’affacturage vous fera signer un contrat qui vous engage sur une partie ou la totalité de vos factures. De cette façon, vous lui cédez vos factures non échues.

Pour clôturer l’opération, le factor informe le client qui lui réglera directement le paiement de ses créances. Il s’engage à vérifier l’encaissement, à faire le suivi et à s’occuper des relances.

Ses avantages et ses inconvénients

L’affacturage, aussi dit factoring, présente de nombreux atouts pour les professionnels. Pour commencer, il s’agit d’un bon moyen d’améliorer la trésorerie et de réduire les frais de gestion des comptes clients. Par ailleurs, avoir recours au factoring protège d’une certaine façon des risques de factures impayées.

On peut le considérer comme un outil performant permettant d’optimiser ses connaissances financières des clients et des prospects. En ayant une prise en charge sur les factures, la société peut se consacrer librement à la prospection de nouveaux marchés. S’ajoute à cela la réduction des coûts liés aux délais d’encaissement.

Contrairement à d’autres solutions de financements comme le Dailly, le factoring reste plus souple puisqu’il ne requiert pas l’attente du retour des effets afin de pouvoir mobiliser une créance. De plus, il est important de rappeler que le factoring n’est pas plafonné et qu’il intègre une couverture du risque impayé.

Il faut tout de même être conscient des quelques inconvénients qu’il présente, à commencer par le gros travail administratif que cela implique. En effet, le factoring peut être contraignant pour certains dans la mesure où la majorité des organismes de financement demandent un montant global minimum annuel.

Entre autres, les frais liés à cette pratique peuvent se révéler élevés si l’entreprise ne fait que de petites marges.